23 des 31 célébrités illustres qui ont fait école à la maison (IEF)
Worldschooling et IEF

31 personnalités célèbres non scolarisées

Quand on discute avec d’autres parents ou de la famille peu encline à l’école à la maison ou plus généralement à la non scolarisation, de nombreuses critiques reviennent constamment et, notamment, le fait que cela limite la sociabilité des enfants ou les prédestine à être en marge de la société.

Si, comme vous, vous en avez marre de voir ce genre de réponse toute faite, voici un argument imparable. Savez-vous ce qu’ont en commun Blaise Pascal, Pierre Curie, Marguerite Yourcenar, Jean d’Ormesson, Luc Ferry, Thomas Edison, Konrad Adenauer, Agatha Christie, Orson Welles, Elizabeth II, Thaïg Khris, Jean Malone, Emma Stone ou encore les sœurs Williams ? Dans le mile, toutes ces personnalités illustres n’étaient pas scolarisées de manière classique et ont tout appris en non sco.

Au total, ce sont 31 personnalités qui ont pratiqué la non scolarisation, faisant IEF, école à la maison, précepteurs, suivant des cours par correspondance ou en unschooling.

23 des 31 célébrités illustres qui ont fait école à la maison (IEF)

Un peu d’histoire avec Jules Ferry

Les lois Jules Ferry fait figure de date historique dans l’enseignement. Cette série de lois votées entre 1881 et 1882 lors de la troisième république ont amené beaucoup d’innovations au sein de l’éducation nationale, à savoir l’école gratuite, l’enseignement public laïque et surtout l’instruction obligatoire. C’est ce dernier point qui est à retenir.

On parle d’instruction obligatoire, non d’école obligatoire. Il est donc nécessaire que les enfants reçoivent une éducation mais cela n’est pas forcément lié à une scolarisation classique. Si cette législation a été nécessaire pour développer le cadre de l’école à la maison

, certaines personnalités était cependant déjà non scolarisées avant la loi Jules Ferry.

Personnalités françaises en IEF avant les lois Jules Ferry…

Blaise Pascal

On cite Blaise Pascal (1623 – 1662). Mathématicien, physicien, philosophe, inventeur, moraliste et théologien français, il n’est jamais allé à l’école et comptabilise cependant de nombreux ouvrages. Enfant précoce, c’est son père qui a été son professeur, sa mère les ayant quitté quand il avait 3 ans.

André-Marie Ampère

Le mathématicien et physicien André-Marie Ampère (1775 – 1836) a inventé le télégraphe électrique ainsi que l’électro-aimant avec François Arago. Il a même énoncé en 1827 la loi de l’électromagnétisme. Son nom, désormais dans le registre commun et inscrit sur la Tour Eiffel, désigne l’unité internationale du courant électrique. C’est aussi son père qui entreprend de l’aider à apprendre. Au départ en commençant par le latin, les aptitudes pour les mathématiques d’André-Marie se révèlent rapidement ; il comptait déjà avec des cailloux et des miettes de biscuit avant de maîtriser les chiffres.

Évariste Galois

Éduqué par sa mère, fille de magistrat, et bercé dans la culture latine, Evariste Galois (1811 – 1832) arrive à 12 ans dans le cursus scolaire classique mais s’essouffle rapidement. Passionné par les mathématiques et avide de lecture (Legendre, Euler, Gauss, Jacobi, Lagrange), il est lauréat du Concours Général de mathématiques en obtenant le premier prix.

Émile Reynaud

Instruit à la maison par ses deux parents, Emile Reynaud (1844 – 1918) découvre les apprentissages par le jeu. Il acquiert d’excellentes connaissances dans le domaine des sciences, de la mécanique de précision grâce à son père horloger et du graphisme par le biais de sa mère. Il deviendra ensuite enseignant conférencier puis deviendra le créateur en 1876 du praxinoscope. Ce jouet d’optique donne l’illusion du mouvement et sera le premier dessin animé projeté en France bien avant le cinéma.

Pierre Curie

Physicien autodidacte français né à Paris, Pierre Curie (1859 – 1906) est reconnu mondialement pour son travail sur la piézoélectricité et la radioactivité avec son épouse Marie Curie. Ils reçurent en 1903 le prix Nobel de physique grâce à leur étude des radiations. Instruit en IEF par ses parents puis par un ami de la famille, il démontre un intérêt pour les mathématiques et obtient son bac à 16 ans sans avoir été scolarisé. Il décroche à 18 ans une licence en physique à la Sorbonne mais ne peut poursuivre en doctorat pour des raisons financières. Avec sa femme, ils instruiront leurs enfants ainsi que d’autres parents et enfants, ce qui donnera naissance à un livre « Leçons de Marie Curie : Physique élémentaire pour les enfants de nos amis« .

… et après l’instruction obligatoire

Marie-Paule Salonne

On compte d’autres personnalistes françaises illustres, comme par exemple Marie-Paule Salonne (1902 – 1947). C’est sa mère qui a instruit cette écrivaine et poétesse bretonne, une chose peu courante pour l’époque – on était en 1910. Elle recevra en 1932 le prix Minerva et écrira un recueil de poèmes, « L’école des papillons » pour rendre hommage à sa mère qui l’aidera à instruire sa fille.

Ce fut l’école large ouverte de l’air libre,

Et qui n’a pas de murs pour borner l’horizon :

Celle où votre tendresse aidait votre raison

A nous laisser courir dans le printemps qui vibre,

Pour cueillir les rayons des heures à foison

Ce fut l’école large ouverte de l’air libre !

Marguerite Yourcenar

L’écrivaine et humaniste belge Marguerite Yourcenar (1903 – 1987), tour à tour poétesse, traductrice, essayiste et critique, validera la première partie de son baccalauréat sans avoir été sur les bancs de l’école républicaine. Reconnue écrivaine en 1951 après la publication de son roman Mémoires d’Hadrien, elle sera consacrée en 1970 après son élection à l’Académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique (ARLLFB) puis à nouveau en 1980 quand elle fera son entrée à l’Académie française grâce au soutien de Jean d’Ormesson. Il est bon de se rappeler que Marguerite Yourcenar fut la première femme de l’Académie française.

Jean d’Ormesson

Mais revenons à Jean d’Ormesson (1925 – 2017). Homme de lettres, romancier, philosophe, journaliste et chroniqueur français, Jean d’O a suivi des cours par correspondance tout en recevant le soutien de sa mère. Il entrera à l’Académie française le 18 octobre 1973, au fauteuil 12 et deviendra son ambassadeur emblématique pendant plus de 40 ans.

Le premier décor de mon éducation est celui d’une éducation offshore ! Mon père était diplomate, et donc je ne suis jamais allé à l’école. J’ai suivi tous mes cours par correspondance (…) c’est-à-dire que pendant les dix premières années de ma scolarité, je ne suis pas allé à l’école. J’ai été élevé dans les jupes de ma mère. Ce sont des souvenirs délicieux. J’ai eu une enfance extraordinairement heureuse. (…) Je travaillais avec ma mère, qui était la douceur même. Je ne me souviens d’aucun drame, jamais.

Voici un court passage d’une ITW au JT où Jean d’O racontait l’école à la maison.

Pierre-Gilles de Gennes

Un autre physicien français a été instruit en famille pour raisons de santé, il s’agit de Pierre-Gilles de Gennes (1932 – 2007). Prix Nobel de la physique en 1991 pour son travail sur les polymères et les cristaux liquides, il continue à inspirer de nos jours de nombreuses études.

Michel Brunet

Professeur au Collège de France, spécialiste de l’évolution des mammifères, titulaire de la chaire de paléontologie humaine, spécialiste, Michel Brunet (1940) est à l’origine de découvertes archéologiques majeures telles le premier australopithèque Abel (4,5 millions d’années) ou le plus ancien Hominidé connu, Toumaï aliase Sahelanthropus tchadensis (7 millions d’années)

Là, j’ai entamé une sorte de longue complicité avec ma grand-mère, et cette femme extraordinaire m’a tout appris : à lire, à écrire, à compter. A l’insu de mes parents (c’était une sorte de pacte secret entre ma grand-mère et moi…), j’ai échappé ainsi aux premières années d’école primaire. Quel bonheur !

Aujourd’hui encore, j’ai pitié de ces malheureux écoliers qui – avec leurs lourds cartables, et non concernés par la loi des 35 heures – sont souvent contraints, en plus des heures de classe, de se soumettre à toutes sortes d’activités extrascolaires imposées. Depuis les leçons de violon jusqu’aux cours de tennis… Tandis que moi, «protégé» de mes parents, j’ai joui, dans un milieu rural, d’une liberté absolue. J’ai pu rêver, explorer la nature et jouer dans les bois en compagnie de mon chien »

Luc Ferry

On dénombre aussi l’arrière-petit-neveu de Jules Ferry, Luc Ferry (1951). Philosophe, homme politique et politologue français, il a eu de nombreuses responsabilités, tour à tour responsable d’une mission de réflexion sur le mariage homosexuel et l’homoparentalité, membre du Comité de réflexion sur la modernisation et le rééquilibrage des institutions, président du Conseil d’analyse de la société, membre du Comité consultatif national d’éthique et ministre de la Jeunesse, de l’Éducation nationale et de la Recherche. Abandonnant le système classique et le lycée lors de la troisième, il suivra un enseignement à distance avec le CNED (anciennement CNTE) et obtiendra notamment des doctorats en philosophie et sciences politiques.

Rudy Spiessert

Auteur émérite, travaillant pour la presse dans Spirou, Fluide Glacial ou encore pilote, Rudy Spiessert (1974) raconte dans sa bande dessinée « Les villes d’un jour » son enfance dans un cirque itinérant. Il y aborde le thème de la non-scolarisation et des cours par correspondance qu’il a lui-même suivi.

Maud Fontenoy

Navigatrice française passionnée de rame et de voile, Maud Fontenoy (1977) naviguera pendant 15 ans autour du monde, montée à bord de la goélette familiale 7 jours seulement après sa naissance. Elle suit des cours par correspondance sous la surveillance de ses parents. Impressionnée par Gérard d’Aboville et son exploit d’être le premier navigateur français à traverser l’Atlantique à la rame, elle décide de faire de même et entreprend elle aussi en 2003 la traversée de l’Atlantique dans le sens ouest est. Elle devient le 10 octobre la première femme à réaliser cet exploit après 4 mois de traversée. Membre du comité de parrainage de la Coordination française pour la Décennie de la culture de paix et de non-violence, vice présidente du Conservatoire du littoral, elle est depuis 2009 porte-parole de l’Unesco pour les océans.

Stéphane Roncada

Passionné de moteurs, Stéphane Roncada (1979) quitte le système scolaire classique à l’age de 13 ans pour se consacrer à sa passion, le moto cross. Il deviendra un champion de motocross mondialement reconnu dans les années 90.

Les personnalités internationales en IEF

Mais cessons de regarder uniquement la France et partons voyager des États-Unis à l’Allemagne en passant par l’Angleterre.

Thomas Edison

Cadet d’une famille modeste de 7 enfants aux États-Unis, Thomas Edison (1847 – 1931) va à l’école 3 mois seulement, à ses 7 ans, avant d’en sortir à cause de son hyperactivité et de sa curiosité insatiable. Il sera alors instruit par sa mère, institutrice. Atteint de surdité à ses 13 ans, ce handicap déclenchera sa fougue pour les inventions et les lectures. Entrepreneur habile, il commence livreur de journaux à 12 ans pour s’acheter avec sa paie une presse et éditer son propre journal, le Weekly Herald. Cela lui permettra de s’acheter des livres et de réaliser des expériences en chimie. Mis au banc de la société après avoir déclenché un feu dans son wagon laboratoire, il appris le métier de télégraphiste après avoir sauvé le fils d’un officier et fit breveter ses premières inventions.

Konrad Adenauer

Homme politique allemand et premier chancelier de la République fédérale d’Allemagne, Konrad Adenauer (1876 – 1967) est considéré comme le père de l’Europe et l’un des fers de lance avec le général de Gaulle de la réconciliation franco-allemande.

Agatha Christie

De son vrai nom Agatha Mary Clarissa Miller, Agatha Christie (1890 – 1976) reçoit une éducation britannique à domicile puis sera instruite par sa mère à la mort de son père. Elle écrira très rapidement ses premiers poèmes, contes et nouvelles avant de partir, en 1906, étudier le chant et le piano à Paris. Elle reviendra au Royaume-Uni à cause de sa timidité excessive et son trac permanent. Pendant la première Guerre Mondiale, elle se portera volontaire pour être infirmière et écrira alors le premier roman policier d’une longue série de 80 ouvrages, La mystérieuse affaire de styles.

Norbert Wiener

Fréquentant rarement l’école, Norbert Wiener (1894 – 1964) ira à l’école secondaire à 9 ans. Diagnostiqué intellectuellement précoce, cet américain a appris à lire à 2 ans et s’est auto instruit en puisant dans la bibliothèque familiale. Mathématicien brillant, il sera le père de la cybernétique.

Wilhelm Reich

Psychiatre, psychanalyste et critique ukrainien, Wilhelm Reich (1897 – 1957) recevra une instruction à domicile jusqu’à ses 13 ans. Il contribuera à la sexologie et la thérapie psychanalytique après avoir été l’élève de Sigmund Freud à Vienne. Partisan de l’émancipation sexuelle, il publiera en 1927  « Die funktion des Orgasmus » en hommage à son mentor qui remet en cause la suprématie de l’homme, une première mondiale.

Margaret Mead

Anthropologue, Margaret Mead (1901 – 1978) a reçu une instruction en famille alliée à l’école classique, à cause de nombreux déménagements sur le territoire américain. Elle apprendra de sa mère et de sa grand-mère enseignante, ses parents dénonçant la mémorisation par cœur du système classique.

Dietrich Bonhoeffer

Pasteur luthérien évangélique, le polonais Dietrich Bonhoeffer (1906 – 1945) a été théologien et opposant actif au régime nazi. Sa mère, institutrice, instruisit ses 8 enfants. Pacifiste, ses prises de position contre le nazisme lui vaudra d’abord de ne plus pouvoir enseigner avant de finir dans le campe de concentration de Buchenwald à la suite de la découverte par Hitler des conjurés. Jugé coupable par une cour martiale deux semaines avant l’arrivée des américains en Allemagne, il sera pendu à Flossenbürg. Son martyr impacta la théologie protestante d’après guerre.

Rosa Parks

Couturière et militante engagée contre le racisme, Rosa Parks (1913 – 2005) déclenchait à ses 42 ans le mouvement de lutte pour les droits civiques et initiait le combat contre la ségrégation raciale en refusant de céder sa place dans le bus à un homme blanc. Il y aurait tant à dire sur Rosa Louise McCauley. Rappelons-nous juste que cette afro-américaine devenue la figure emblématique de la lutte contre le racisme aux États-Unis et désormais surnommée la « mère du mouvement des droits civiques » par le Congrès américain a été instruite à à la maison jusqu’à ses 11 ans. C’est sa mère Leona, institutrice, qui se charge de son éducation, sa couleur de peau rendant sa scolarisation impossible dans le cursus scolaire classique. Par la suite, elle intégrera « l’Industrial School for Girls », à Montgomery, une école fondées par des blancs pour des enfants de couleur avant d’accéder à des études secondaires à l’Alabama State Teachers College for Negroes. Elle ne finit pas ses études supérieures pour s’occuper de sa grand-mère puis d’être au chevet de sa mère malade.

Orson Welles

Est-il encore besoin de présenter Orson Welles (1915 – 1985) ? Réalisateur américain, acteur, producteur, scénariste et romancier, il grandit dans une culture raffinée et excentrique. Intellectuellement précoce, il apprend à lire à deux ans, joue du piano à 3 et adapte Shakespeare à 7 ans. A 10 ans, il commencera sa carrière d’acteur puis, l’année suivante, rédigera une analyse complète de Nietzsche. On lui doit notamment les films Citizen Kane, Macbeth, Othello ou encore Vérités et Mensonges.

Andrew Wyeth

Pour des raisons de santé, Andrew Wyeth (1917 – 2009) ne peut pas aller à l’école. Son père, illustrateur de renom, lui fait école à la maison et l’initie au monde de l’art. Peintre à l’age adulte, il recevra de nombreux prix et peindra en 1948 son tableau le plus célèbre, Christina’s World. Membre de l’Académie des Beaux-Arts de PAris en 1976, il sera le premier artiste américain à être élu en 1980 à l’Académie royale de Grande-Bretagne.

Tout ce que vous avez à faire, c’est de briser toutes les règles.

La Reine Elizabeth II

Enfant, Elizabeth II (1926) et sa sœur Margaret de 4 ans sa cadette ont reçu une éducation à la maison, rien ne les prédestinant au règne. C’est leur mère Elizabeth Angela Marguerite Bowes-Lyon et leur gouvernante Marion Crawford qui les éduque en se concentrant sur l’histoire, l’élocution, la musique et la littérature. Cette dernière publiera d’ailleurs en 1950 un ouvrage « The Little Princesses: The Story Of The Queen’s Childhood By Her Nanny Crawfie » racontant l’enfance des princesses.

Thaïg Khris

Champion de roller, animateur TV et homme d’affaires, Thaïg Khris (1975) est ambassadeur de l’association La voix de l’enfant.

Les sœurs Williams

Les deux joueuses américaines professionnelles de tennis Venus (1980) et Serena (1981) Williams accumulent les victoires. Avec 21 victoires au Grand Chelem pour Venus contre 27 pour Serena, elles ont aussi deux médailles d’or olympique en double dames.

Jena Malone

Déscolarisé puis instruite à domicile, Jena Malone (1984) finit par rejoindre la Professional  Children’s School de New York.

Ce qui est génial avec l’école à la maison, c’est qu’on peut apprendre ce qu’on a vraiment besoin d’apprendre, et on peut choisir ce qui nous intéresse.

Intéressée par le cinéma, elle recevra l’Independant Spirit Awards en 1996 pour son premier rôle au cinéma dans le film Bastard out of Carolina. Actrice aux multiples nominations et récompenses, musicienne, chanteuse, photographe américaine, elle s’est lancée depuis 2002 dans la production avec American Girl.

Emma Stone

Révélée dans The Amazing Spider-Man par son interprétation de Gwen Stacy, Emma Stone (1988) a reçu une instruction en famille avant de débuter sa carrière d’actrice à 19 ans. Trois ans plus tard, elle avait déjà 15 participations au cinéma et dans des séries TV : SuperGrave, Bienvenue à Zombieland, Easy Girl, La Couleur des sentiments, Birdman ou encore L’Homme irrationnel. Elle obtiendra en 2016 l’Oscar de la meilleure actrice ainsi que la Coupe Volpi de la meilleure interprétation féminine pendant la Mostra de Venise.

Vasek Pospisil

Jeune prodigue du tennis, le canadien Vasek Pospisil (1990) a d’abord été dans une école primaire en immersion française pendant 6 ans. Il sera par la suite instruit à domicile jusqu’à la fin du secondaire à cause de son emploi du temps de tennisman. Depuis 2015, il est porte-parole du programme Défi sans bruit de la Banque Nationale.

Dakota Fanning

Actrice américaine, Dakota Fanning (1994) a fait école à la maison. A l’age de 10 ans, elle se révélera au cinéma avec le thriller Man on Fire de Tony Scott avant d’être sous les feux des projecteurs avec La Guerre des monde de Steven Spielberg.

Conclusion

Il n’y a pas de bonne ou de mauvaise façon de s’instruire. Il n’y a que des solutions qui ont le mérite de pouvoir s’adapter à l’enfant, le premier concerné par son apprentissage.

Avec plus d’une trentaine de personnalités françaises ou internationales dans tous les domaines, de la physique au cinéma en passant par la voile ou le roller, forcer est de constater que l’éducation non scolarisée a plus de 4 siècles d’histoire et qu’elle a permis l’émergence d’intelligences remarquables et de personnalités hors du commun. J’espère que ces personnalités vous inspireront et vous donnerons la force et l’envie d’avancer. Ces trente célébrités ne doivent pas vous impressionner mais vous donnez encore plus envie d’aller de l’avant. Elles ne représentent que peu de monde dans l’océan d’enfants en IEF, en école à la maison, en cours par correspondance ou en unschooling mais il est toujours bon de voir ce que d’autres ont pu faire. Continuons dans cet élan.

Passez le mot autour de vous et faites tourner cet article sur la toile. Je laisse le mot de la fin à Pierre Curie.

Il faut faire de la vie un rêve et faire d’un rêve une réalité.

Accueil / Worldschooling et IEF / 31 personnalités célèbres non scolarisées

Amber

Mensurations : 1982, maman de deux enfants, mariée à un mâle alpha, nomade digitale et rédactrice web de état.

Autres florilèges de pensée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *