Pourquoi je suis devenue nomade digitale
Nomadisme

Pourquoi je suis devenue nomade digitale

Taillons directement toutes les idées reçues à ce propos. Oui, devenir une digitale nomade est une aventure à part entière qui complexifie grandement l’existence. Non pas que ce soit quelque chose d’insurmontable mais le fait de devenir nomade oblige à une flexibilité tout en déplaçant le cocon familial au gré des envies – soit plusieurs adultes et enfants réunis. Dans l’absolu, nous avons choisi cette vie pour plusieurs raisons, dont voici un petit aperçu.

Une école de la vie

A force de rester en France, on se rend compte que certaines générations ne voient pas plus loin que leurs frontières. Immigration, emploi, vol, c’est à chaque fois l’œuvre de minorités de couleurs quand le délit de fasciés n’existe pas. La seule fois où on est fier de voir des beurs à la TV, c’est quand ils gagnent la Coupe du Monde… On voulait sortir de cette vision aberrante et rétrograde de l’humain et des ethnies pour ouvrir notre horizon et découvrir l’autre. Le fait de devenir nomade nous permet de nous rapprocher plus des locaux, en séjournant plus longtemps que lors d’un simple séjour de vacances. C’est l’occasion pour toute notre famille de nouer des liens, d’échanger et de partager en territoire inconnu.

Le voyage est un retour vers l’essentiel.

Il ne faut pas croire que ce soit facile. C’est un défi permanent de pouvoir discuter avec l’autre, de pouvoir communiquer et s’inclure un tant soit peu mais on se prend au jeu. Grâce aux enfants qui n’ont aucune barrière de langue, cette inclusion est beaucoup plus rapide. Une famille est toujours plus proche de nous qu’un adulte seul, cela se ressent au quotidien dans nos échanges. Comme d’autres le diront, le voyage est une école de la vie, le worldschooling. A travers le monde, on grandit, on s’épanouit, on découvre des choses et des gens et tout cela nous rend plus riche qu’avant. Je ne regrette pas ce choix de vie aux antipodes des standards européens.

Mettre de la distance avec la famille

Avoir une famille est une chance mais il arrive que la vie nous mette à mal et nous empêche d’en profiter comme il faut. C’est notre cas. Entre des parents séparés et un couple dans le jugement permanent, notre famille était en mal d’amour et de soutien. Que ce soit l’école à la maison, une éducation bienveillante ou le fait de vouloir voyager, tous nos choix de vie ont reçu un retour négatif chez nos parents respectifs alors que ces choix étaient mûris, mesurés et conscients. Il a fallut prendre sur soit pour mettre de la distance entre nous et permettre de ne plus voir que les bons côtés de cette génération précédente. En les voyant moins souvent mais toujours dans des lieux différents, le background a changé. Ils sont frais, impatients de découvrir et, surtout, en vacances ; de notre côté, nous sommes ravis de leur servir de guide, les enfants sont enchantés de montrer leur maîtrise des lieux et de la langue quand nous pouvons échanger sans dérapage, dans le respect et l’empathie. Le fait de pouvoir vivre ses rêves et de tester la force et la vérité de ses choix est gratifiant. Sans orgueil, on se sent forts de nos choix et heureux d’avoir pu les faire, ce qui est peut-être la vraie différence dans nos relations. Avant, tout était hypothétique et soumis à la valse du possible ; maintenant, c’est notre quotidien depuis plusieurs mois et nous n’avons plus rien à prouver. Vraiment, c’est extrêmement plaisant de redécouvrir nos parents et beaux parents autrement.

Mieux vivre avec moins

Le fait de devenir nomade nous a obligé à revoir notre manière de consommer et d’acheter. Si une famille installée en France peut investir dans un lave-vaisselle, un sèche linge ou encore un SUV, nous n’avons pas la possibilité d’avoir ce luxe. Nos équipements sont conditionnés par nos locations, nous utilisons ce qui est à notre disposition. Les seules choses que nous pouvons déplacer sont nos vêtements, trésors (livres, jouets, bijoux) et nécessaires multimédia (ordinateurs, téléphones), le reste est devenu superflu. D’ailleurs, les souvenirs et papiers administratifs sont dématérialisés et stockés sur un NAS hébergé en France, nous permettant d’avoir tout à portée de clic en cas de pépins : papiers d’identité, passeports, photos des enfants, vidéos de famille, comptes…

Le bonheur n’est pas une destination à atteindre, mais une façon de voyager.

Repartir à zéro avec très peu de matériel, c’est réapprendre à vivre simplement avec le nécessaire vital. Aurevoir le superflu, bonjour la nécessité. Le fait d’opter pour une vie nomade nous a inexorablement amené sur le chemin d’une vie simple, débarrassée de tous ces comportements consuméristes inhérents à notre belle société de surconsommation. Nous ne pouvons garder que ceux que nous arrivons à porter, la simplicité a du bon quand on voyage.

Une vie plus belle

Certes, l’herbe est toujours plus verte chez le voisin mais c’est un fait : aucune journée ne ressemble à la précédente. Entre les visites, les découvertes, les surprises ou encore les rencontres avec les locaux, notre quotidien s’est enrichi de nouveauté permanente et nous vivons mieux avec moins. Le coût de la vie étant souvent inférieur à la France, notre quotidien est plus confortable qu’avant. Si avant, nous avions du mal à joindre les deux bouts, maintenant, en travaillant mois, nous nous en sortons plus facilement et avec beaucoup moins de pression. D’ailleurs, même côté travail, l’expatriation a du bon. Je peux facturer moitié moins qu’un concurrent localisé en métropole car j’ai beaucoup moins de frais et, même si je déclare mes revenus en France, j’ai besoin de beaucoup moins d’argent pour être tranquille. Attention, je ne propose pas de prestation low cost, mes services restent qualifiés et de qualité mais mon coût de travail est moindre par rapport à d’autres, logiquement. C’était pourtant un frein au départ, le fait de ne pas avoir de revenu récurrent était un gros poids dans notre projet qu’il a fallu minorer. S’il faut travailler plus, on peut le faire localement ou sur Internet, l’argent n’est donc pas un problème à proprement parler.

Je pense qu’il y a encore des dizaines de choses à rajouter mais ce sera tout pour cette fois.

Accueil / Nomadisme / Pourquoi je suis devenue nomade digitale

Amber

Mensurations : 1982, maman de deux enfants, mariée à un mâle alpha, nomade digitale et rédactrice web de état.

Autres florilèges de pensée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *